Le spectacle s’ouvre sur l’effritement d’un couple. Ils vivent sous le même toit mais se croisent à peine. Leur amour s’étiole. Leur fille unique, une enfant d’une dizaine d’années, prend beaucoup de place et d’énergie. Ils ont la plus grande difficulté à communiquer. Cette famille est engluée dans une situation qui les dépasse.

Après [hullu], Blick Théâtre continue de développer son théâtre de faux-semblant (croisement de théâtre sans paroles, marionnettes corporelles et illusion) en traitant cette fois du délicat sujet de notre relation à la famille, à la filiation et à la mémoire.